Jacques ADI…DAS ! ou, Quand une marque vous parle…

Je vous l’accorde, j’ai déjà fait mieux en termes de jeu de mots… Mais j’ai fait pire aussi :-)…Alors, balle au centre !


En septembre dernier, au Pepsport, j’ai le plaisir de découvrir des services innovants, d’échanger avec des sportifs qui nous font rêver…. Et d’assister à quelques conférences (mais siii, j’ai quand même un peu travaillé).

Au cours d’une de ces conférences, Sandrine Scheer, DRH adidas France, aborde la façon dont ils perçoivent et mette en œuvre le bien-être de leurs salariés au sein de l’entreprise.

Ça m’a (vraiment) donné envie d’en savoir plus….et Emmanuelle Gaye, responsable du rayonnement (je confirme) de la marque employeur, a amplement assouvi cette envie !


Seule chose, en préparant ce post : je me rends compte que cet article est plus beaucoup plus personnel que je n’aurais pensé au départ….

 

adidas

 

Avant de commencer, il faut que je précise une chose…. Sinon Emmanuelle pourrait penser que je n’ai rieeeeen écouté de ses explications ! J

Quand je cite adidas dans le titre, il faut comprendre le Groupe adidas.

En effet, le Groupe comprend deux marques principales en France : adidas et Reebok. Chacune de ces marques a son univers, son territoire. Adidas est l’atout Sport(s) par excellence, alors que Reebok est plus spécifiquement orientée fitness.

Les deux marques ont grandi avec un ADN différent, mais évoluent aujourd’hui avec les mêmes valeurs, même si les démarches marketing diffèrent.

Et, ce qui ressort très fortement dans le discours d’Emmanuelle c’est que, en terme d’identité d’entreprise, on ne peut dissocier les deux.

(petite parenthèse : j’avoue, j’avais peur au départ d’avoir un discours formaté, un peu présenté dans un emballage cadeau… au final, il semblerait bien que la culture adidas imprègne réellement les hommes et les femmes qui y travaillent.)

 

Un peu d'histoire...

 

adidas s’inspire du nom de son créateur : Adolf (Adi) Dassler.

La marque et l’entreprise adidas naissent sur fond de guerre et de conflit familial.


En effet, dès 1924, la Fabrique de chaussures des Frères Dassler voit le jour.


Mais c’est en 1949 que naît adidas … les deux frères ayant décidé de se séparer suite à un différend.

La famille Dassler a, cependant, une certaine faculté à proposer des équipements sportifs appréciés, et pérennes : le frère, Rudolf, crée, suite à la séparation, Puma. … Le fils, Horst, crée quelques années plus tard, Arena, bien connue dans le domaine de la natation.






La petite antilope, quant à elle, est un peu plus ancienne. 1895, la société voit le jour : Joseph William Foster crée l’une des premières chaussures d’athlétisme à pointes.

En 1958, l’entreprise s’attribue son nom actuel, inspiré du nom d’un agile petit animal d’Afrique, la rhebok, et se distingue particulièrement dans les disciplines de basket-ball et d’aérobic (traduction pour les plus jeunes : fitness).

En 2005, Reebok rejoint le Groupe adidas.

 

Et UN, formatioooon, et DEUX, on travaille à Foooooond,

et TROIS, récupératiooooon...

 

Le Groupe adidas a une culture forte. On la ressent ...

  • à travers l’ambiance sur place, la façon de parler et de se parler, de s’habiller, de téléphoner, de se rencontrer…

  • par le fait que l’image de la marque ne semble pas avoir été affectée par les turbulences médiatiques et juridique autour de son nom

  • mais également, et c’est tout bête, mais au-delà de l’aspect communication, les mots et tons de Sandrine et Emmanuelle sonnent « vrai ».

Culture et recrutement : « Qui n'aime pas le sport serait malheureux chez nous » indique Guillaume de Monplanet, l’actuel DG du Groupe France.

Le sport, chez adidas, fait partie intégrante de la culture d’entreprise…. Tout est fait pour permettre aux salariés de pratiquer. Il s’agit du socle commun, que l’on soit pratiquant ou « fan d’émotions sportives », pour reprendre les termes d’Emmanuelle.

Ainsi, la partie « centres d’intérêt » sur un CV de candidat compte au moins autant que la partie « compétences ».

Culture et RH : La valorisation des talents et la mobilité interne en fonction de la personne concernée, de qui elle est, ce à quoi elle aspire et son évolution personnelle font partie des pratiques de gestion des ressources humaines

Ceci, avec quelques autres points que nous allons aborder plus loin permettent au Groupe de gagner 7 places en un an dans le classement Great Place to Work, et de rentrer dans le top 10 des entreprises françaises de plus de 500 salariés.

Culture et management :

Les salariés sont responsabilisés quant à l’optimisation de leur temps de travail. L’entreprise reste exigeante en matière de performance et de résultats, mais prend le pari de l’investissement et l’engagement individuels à travers l’autonomie et la responsabilisation.

Les valeurs appliquées au management sont elles aussi étroitement liées au sport… de haut niveau : trouver le bon équilibre, en aménageant des temps de récupération.

Cette souplesse est cependant moins accessible sur les sites de vente, davantage soumis à des contraintes de fréquentation du magasin.

Culture et communication

Les pratiques liées au bien-être des salariés, notamment au travers du sport, faisaient partie du quotidien du Groupe. Aujourd’hui, ce dernier n’hésite pas à diffuser et faire connaitre ses bonnes pratiques, sa culture…

  • …vers l’extérieur, car le rayonnement de la marque passe aussi par qui elle est, profondément

  • … en interne, où le sport constitue un dénominateur commun, quel que soit son niveau de pratique, et favorise l’épanouissement individuel et collectif

Culture, bien-être et vivre ensemble :

Pour favoriser la récupération, salle de sieste, luminothératie, massages, services de conciergerie font partie des outils de « hum, on relâche, on souffle, on prend soin soi… » proposés par le Groupe. (arrrrgghhhhhh, non, on n’est pas jaloux….)

Là encore, ces services sont difficiles à proposer en magasin, cependant tous les salariés disposent d’un accès à une hotline, pour tous les tracas du quotidien.

Un ComVie, constitué de salariés volontaires pour animer la vie commune, propose également des ateliers sportifs en interne, et organise des temps de vie collectifs, à travers des événements sportifs, tels que de grands championnats.

Culture et solidarité : les salariés du groupe ont une certaine latitude à pouvoir être actifs sur leur territoire, et en direction de projets identifiés, notamment à travers du mécénat de compétence.

La solidarité se concrétise par le type de projet mis en place mais également par le niveau de participation des salariés à ce projet. Par exemple, une salariée du groupe a proposé l’idée d’intégrer une démarche d’ « arrondi ». (il s’agit de proposer aux personnes qui achètent les produits d’arrondir la somme payée à l’euro supérieur, la différence entre le prix de vente et le montant récolté étant reversé à une action solidaire/citoyenne/humanitaire). L’action a été soumise, validée, déployée, et relayée volontairement par l’ensemble des collaborateurs des points de vente.

La solidarité s’est également concrétisée au moment des attentats où chacun des salariés a été contacté pour s’assurer que tout allait bien.

Culture et convictions/engagements environnementaux

Là, j’avoue, c’est une information qui m’a plu autant d’étonnée… ou l’inverse ;-).

On le sait : nos océans sont devenus des poubelles à grande échelle.

Adidas s’est associée à Parley For the oceans. Par ce partenariat, adidas a conçu des chaussures de running à partir de bouteilles en plastique récupérées dans les mers. Au-delà de l’aspect environnemental, cette innovation a également pour objectif de faire bouger l’industrie : on peut (doit ?) faire autrement !

A l’occasion, j’essaierai de voir si avoir du plastique aux pieds permet de s’envoler :-D

 

Valeurs : quand une marque vous parle

 

Culture et valeurs : La marque revendique deux convictions :

« l’épanouissement est vecteur de performance » et « le sport a le pouvoir de changer des vies » .

Concernant la première, plutôt qu’une croyance… c’est une réalité…aujourd’hui quantifiée…. Mais qu’il est encore bizarrement nécessaire d’expliquer, d’argumenter auprès des dirigeants.

Concernant la seconde, « le sport a le pouvoir de changer des vies » : c’est une conviction qui me parle... vraiment…et qui, quand je l’ai entendue a réveillé des souvenirs, pas si anciens.

Plus jeune, j’ai été très sportive. Basket et karaté ont fait partie de mon quotidien (et 6 ans de danse classique, si, si !). La vie passant…le travail, les enfants, …. On se retrouve 15 ans plus tard avec 14 kilos en plus, et le moral dans les chaussettes.

L’arrivée de vilaines petites cellules (vous saurez tout…) ont été l’électrochoc : en effet, si je devais me battre contre quoi que ce soit, je voulais m’en donner les moyens, psychologiques et physiques.

6 mois après l’annonce du médecin, je courais mon premier (que j’avais promis être le dernier) marathon. Ma vie reprenait du sens, un sens.

En retraçant mon parcours « sportif », du Marathon de Paris en 2014 (P….. plus de 5h30 !), à mon premier triathlon moyenne distance en 2016….(où j’arrive bonne avant dernière :-D ), je constate que le point commun, à part l’engagement personnel (toujours aller au bout), est ma casquette fétiche adidas vissée sur la tête….

Sur cette période, j’avais besoin de me (re)trouver, de (re)mettre de l’énergie, de la vie à ma vie….

Et, quoi qu’on en pense, faire rentrer de nouveau le sport dans ma vie m’a aidée à repartir, avec envie, enthousiasme, et oriente aujourd’hui mon positionnement professionnel.

Donc oui, je partage cette profonde conviction.

Allez, assez parlé de moi !...

Mais excellente transition, car il s’avère que, ET C’EST DU PUR HASARD (je peux même cracher, en jurant… mais ça risque d’être carrément dégoûtant) en commençant la rédaction de cet article, c’est cette phrase qui m’a particulièrement touchée… et que le jour de ma rencontre avec Emmanuelle, le challenge ChangedbySport, porté par DojoClub, et accompagné par le Groupe adidas était tout juste lancé.

L’objectif : « faire émerger des talents dans l’univers du sport, par des porteurs de projets alignés avec la croyance de l’entreprise « par le Sport, nous avons le pouvoir de changer des vies » »

Alors, ayant été « changedBySport » moi-même, je ne peux que vous dire : si vous avez des idées… participez ! (il vous reste 12 jours !)

 

Pour conclure,…

 

Le groupe a gardé un ADN fort, le sport, qu’il a su, au fur et à mesure décliner, dans ses différentes composantes, humaines, commerciales, stratégiques, sociales et sociétales…

Mais au-delà du sport, je crois que le message à comprendre est « Sois le meilleur que tu peux avec qui tu es ».

#adidas #Recrutement #culturedentreprise #management #bonnespratiques #ChangedBySport

46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout